Mes lectures

La planète des singes, le roman : alors ! C’est comme les films ?

« La Planète des singes : les origines » de Ruppert Wyatt avec James Franco, et ses suites « la planète des singes : l’affrontement » (2014) et « la planète des singes : suprématie » (2017) tous les deux de Matt Reeves et tous les trois avec Andy Serkis sont les films les plus récents nous présentant l’univers de l’oeuvre de Pierre Boulle, auteur du roman éponyme (1920-1994). Puisque justement ces films sont récents, je n’ai pas peur de dévoiler les principes de l’histoire… et c’est cool 🙂

Le roman m’a semblé très différent, au début, de ce que ses films nous en ont montré. Ca ne pouvait être que vrai puisque ces oeuvres cinématographiques nous dévoilent en réalité le pourquoi de la fin du roman, en trois films : Comment les singes en sont arrivés à dominer l’humain ?

planete-des-singes_franklin-schaffner_tim-burton_matt-reeves
Au cours des décennies, les acteurs ont eu recours à la pointe du maquillage et des effets spéciaux.

 

« La planète des singes » de Tim Burton avec Mark Walberg (2001) est en revanche, le film le plus fidèle à l’histoire dans son ensemble… à quelques détails près (comme les noms des personnages ou la façon de voyager dans le temps).

La nostalgie des années 70

Les plus âgés d’entre nous se remémoreront avec nostalgie la série de 5 films diffusée de 1968 à 1973 avec Roddy McDowall, suivi de la série de 14 épisodes diffusée en France en 1975, et d’une série animée, jamais diffusée en France.

Allez je suis sympa, je vous ai trouvé le premier épisode (S01E01 « Flames of Doom »).

Les japonais aussi ont leur planète des singes

J’ai découvert avec surprise que les japonais aussi avaient eu leur planète des singes : « Time of Apes », un film « pas évident a apprécié », puis la série TV « l’armée des singes » ou saru no gundan de son titre original (1974) dont je vous ai aussi trouvé la vidéo en VO… je sais, y-a pas de quoi 🙂

Alors ce roman de Pierre Boule ! Il raconte quoi ?

la-planete-des-singes-77716Après avoir posé le décor et la genèse télévisuelle de cette histoire, revenons à la lecture du roman.

Tout d’abord, contrairement aux nombreux films, la planète sur laquelle atterrit le personnage principal : Ulysse Mérou, journaliste, n’est pas la Terre dans un futur lointain, mais bien une autre planète éloignée : Soror, près de Bételgeuse. Certes la relativité lui a permis de voyager à la vitesse de la lumière, donc dans le temps, mais pas dans le futur de la Terre, au moins au début. Il placera son vaisseau en orbite autour de la planète et s’y posera à l’aide d’une chaloupe d’exploration, désossée presque immédiatement.

Le journaliste découvre un monde habité par trois races de singes que sont les chimpanzés, les gorilles et les orang-outans, et des humains qui ne sont ici considérés que comme des animaux. Leur technologie est presque au même niveau que la nôtre, véhicules à moteur et satellites compris. Un des autres points de divergence avec les films, où les singes habitent des maisons en terre séchée, ne connaissent pas l’électricité mais possèdent des armes à feu.

Après avoir rencontré Nova, une autochtone (sans intelligence ni parole) et vécu quelques aventures, il devra sauver sa peau. C’est Zira et Cornélius, des scientifiques qui voient en lui ce qu’il est : un humain venu de l’espace, qui le placeront dans un satellite (avec Nova et le fils qu’ils conçurent tous deux), ce qui lui permettra de retourner dans le vaisseau placé en orbite autour de Soror et de rejoindre la Terre, où une surprise l’attend.

De mon point de vue,  c’est un chouette roman d’anticipation qui m’apparaît être une réflexion sur la domination humaine du monde animal… du point de vue de l’animal.

On y retrouve cependant quelques réflexions notamment sociales sur les racines du racisme colonialo-religieux comme l’existence d’une âme chez les races dites inférieures, ici, l’humain, et sur l’utilisation des animaux dans la recherche scientifique.

Pierre Boulle pose finalement, à mon sens, la question suivante :

Quel serai notre comportement face à une nouvelle forme de vie douée de parole, de pensée, d’intelligence ? L’accepterions-nous comme un allié ou tenterai-t-on de l’étouffer sous le prétexte de la survie ?
On croirait presque parler d’intelligence artificielle 🙂

Je vous encourage donc à lire cette petite perle de la science-fiction française qu’est La planète des singes. Je pense que vous ne serez pas déçu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s