Bannière présentant le comparatif entre le roman "Le maître du haut château" et son adaptation télé
Mes lectures

La série « Le maître du haut château » respecte-t-elle le roman de Philip K. Dick ?

Je vais te révéler tout de suite la réponse à cette question : Non !
Et pour tout te dire, y a du pour et du contre.

Attention, il y a du divulgachage* dans cet article.

Reprenons l’oeuvre de Philip Kindred Dick, pour savoir de quoi on parle. Personnellement j’ai vu la série avant d’avoir lu le livre. Je l’ai apprécié pour son rythme, la diversité des personnages et la diversité des points de vue. C’est pourquoi j’ai voulu savoir, une curiosité d’auteur, comment les scénaristes s’y été prit, pour adapter ce roman que la critique encense encore.

* spoiler en québécois. J’adore les québécois ^_^

Résumé du roman « Le maître du haut château »

Le lecteur observe dans cette uchronie* écrite en 1962 et récompensée en 63 par l’éminent prix « Hugo », plusieurs personnages, vivre dans un monde ou l’Allemagne, l’Italie et le Japon (les forces de l’Axe) ont gagnés la seconde guerre mondiale.
Deux de ces trois pays se partagent notamment les états-unis, où se déroule l’histoire. Le continent nord américains est scindés en 3 parties : la côte Est aux mains des Allemands, la côte Ouest aux mains des Japonais, tandis que la partie centrale est une zone neutre. Un roman, Le poids de la Sauterelle, apparaît entre les mains des personnages, un fil rouge, décrivant la vie qui aurait put être, si les forces de l’Axe avaient perdu la guerre.

* Une uchronie c’est l’histoire de notre réalité, réécrite à partir d’un point du passé.

Les personnages du roman

Les personnages que l’on suivra un par un, sont mis en avant chapitre après chapitre (sans se rencontrer, sauf une exception) :
– Juliana Frink, une jeune américaine professeure de judo, séparée de Franck ;
– Franck Frink, juif (c’est important dans le roman), l’ex de Juliana, un artiste du métal qui devient fabricant de bijoux ;
– Tagomi Nobusuke, un fonctionnaire japonais qui sauvera un espion de Berlin venu aider les Japonais à contrer une attaque nucléaire allemande ;
– Robert Childan, un antiquaire en mal de reconnaissance auprès des riches Japonais ;
– Hugo Reiss, consul du Reich à San-Francisco.
– Hawthorne Abendsen, l’auteur du roman « Le poids de la sauterelle », qui vit dans un manoir de la zone neutre.

L’histoire racontée dans Le poids de la sauterelle par Abendsen raconte la vie dans un monde ou la seconde guerre mondiale voit la défaite des forces de l’Axe.
Donc toi lecteur, qui vit dans un monde ou l’Allemagne a perdu, tu lis un roman ou l’Allemagne a gagné, roman dans lequel un auteur a écrit un livre qui décrit le monde où l’Allemagne a perdu… ça va t’arrive à suivre ? Ca s’appelle une mise en abîme.

Le roman ne fera cependant que de courtes apparitions dans la vie de chacun des personnages. Il finira quand même par servir d’objectif à Juliana qui rencontrera l’auteur 5mn, dans les dernières pages, dans son haut château, qui n’est en fait, qu’un manoir.

Pour terminer, plus présent que le roman d’Abendsen, c’est le Yi Jing (ou I Ching), livre chinois utilisé pour la divination. Il apparaît partout dans le roman de Dick. Il aide les personnages à prendre leurs décisions et permet à Juliana de se poser une ultime question. Celle qui fera réfléchir le lecteur sur la réalité du roman.

Alors ?! La série respecte-t-elle l’uchronie de Philip K. Dick ?

J’ai déjà répondu la question : Non, la série qui compte 4 saisons produite par Ridley Scott, ne respecte pas le roman. Mais à un point, t’as pas idée.

Résumé de la série « Le maître du haut château »

Dans un monde dirigé par le Japon et l’Allemagne nazi, des films circulent dépeignant un monde où les états-unis dominent. Un monde où la seconde guerre totale a vu la victoire des alliés. Ces films dérangent bien évidemment le Reich, qui pourchasse le cinéaste, Hawthorne Abendsen, caché dans un château de la zone neutre. On suivra plusieurs personnages qui remettront tous en cause leur vision du monde après avoir vu l’un de ces films. Juliana, Tagomi et John verront ce monde parallèle chacun avec des moyens différents. Juliana et Tagomi, via la méditation, John, par le biais d’un portail dimensionnel, mis au point par les ingénieurs du Reich. Juliana finira par rencontrer Abendsen, après un voyage, physique et psychologique, plein d’aventures.

Les différences entre la série et le roman

D’abord, tous les personnages rencontreront les autres à un moment ou un autre. Franck et Juliana, sont encore en couple au début de la série, mais se séparent rapidement. Ed connait Juliana, puisqu’en tant qu’ami du couple, il est déjà venu les voir. Franck, Ed et Childan, seront associés un certain temps. Juliana, rencontrera Tagomi et travaillera pour John Smith. Ce dernier traquera Franck, poursuivit lui-même par Kido, inspecteur en chef de la police japonaise, un nouveau personnage qui aura autant d’importance que les autres. Smith et Tagomi, interagiront lorsque interviendra l’espion Allemand, qui vient partager des informations secrètes avec les Japonais.

Pour Juliana, le 21e siècle et le féminisme sont passés par là (pour les autres femmes de la série se sera plus compliqué de se sortir des années 60). Ici, notre Juliana est professeure d’aïkido, pas de judo (sans doute plus « gracieux »). Elle ne porte plus le nom de Frink, mais devient Juliana Crain. Alors que le personnage original porte des robes, des talons et s’inquiète surtout de savoir où elle va trouver son prochain soutien-gorge, elle est à l’écran, indépendante, porte des pantalons et deviendra une résistante acharnée, baroudeuse du maquis, qui balance des grenades. Je l’ai personnellement trouvé trop présente. Sans doute parce que l’actrice, de mon point de vue, n’était pas à la hauteur.

Franck quant à lui, ne deviendra pas bijoutier avec son collègue, ami et associé, Ed Mac Carthy, un type solide sur qui ont peu compter, qui l’aide à surmonter ses incertitudes, mais deviendra un héros de la propagande, en créant des affiches à partir de la zone neutre avec le même Ed, mais dépeint là, comme un ami malingre, maladroit et peureux (et un tantinet collabo).

Dans la série, Childan, l’antiquaire, est magnifiquement développé. L’acteur, superbe, l’incarne avec talent. C’est un lâche qui dénigre l’art indigène américain. Sa recherche de reconnaissance auprès de l’envahisseur Japonais, en font un type, dont il vaut mieux se méfier, jusqu’à ce que les évènements l’oblige à choisir un camp et affirmer ses origines. On découvrira, qu’il est quand même sympa, malgré ses grands airs hautains.

Tagomi, dans la série, n’est pas un fonctionnaire comme les autres, il est carrément ministre du commerce. Ce statut lui permettra de rentrer en contact avec le reichsmarschall Smith, qui ne s’appelle pas Hugo Reiss, et n’est pas non plus consul, chez qui il insuffle le doute quant au régime nazi. John Smith, qui ira jusqu’à devenir un manipulateur émérite et prendra la tête de l’empire Allemand.
On suit d’ailleurs énormément ce John Smith, sa femme et ses enfants. C’est une incursion intéressante dans une famille américaine qui se débat avec les valeurs nazis pour survivre.

Pour finir en beauté, Hawthorne Abendsen n’est plus écrivain, mais producteur de plusieurs dizaines de films d’actualités, réalisés dans un monde parallèle vers lequel les Allemands, finissent par trouver un portail. John Smith empruntera même ce portail, pour revoir son fils, sacrifié sur l’autel de la perfection nazi, à cause d’une maladie génétique.

Une saison complète, sera consacrée à une lutte dont Philip K., ne parle pas du tout : la lutte des noirs, pour défendre leurs droits. Le tout, emmené par une femme à fort caractère (21e siècle). Ils parviendront évidemment à leurs fins.

Bon ok, j’ai pas tout dit.

Mais attends un peu… en fait, je n’ai pas été très honnête avec toi.
En réalité je sais d’où vient le portail multidimensionnel, cette partie beaucoup plus SF que le roman original.
Après avoir terminé et publié son roman, l’auteur avait commencé à écrire deux chapitres d’une suite, qu’il n’écrivit pas, rapidement saturé semble-t-il par le régime nazi sur lequel il écrivait. Et il se trouve que ces deux chapitres, mentionnent le dit monde parallèle et le portail.

Mais attends un peu… en fait, les scénaristes n’ont pas été très honnête avec nous non plus. Le fait de transformer Abendsen d’auteur de roman à producteur de films est compréhensible dans le contexte d’une série télé. C’est par nature plus visuel. Cependant, les fameux scénaristes, Franck Spotnitz en tête, n’en n’ont rien fait de ces films. On ne sait pas comment Abendsen les as obtient. Est-ce qu’il médite comme Tagomi, ou y a-t-il un portail caché que les nazi n’ont pas découvert ?

Conclusion

J’aurais adoré pouvoir échangé avec les scénaristes de cette série, pour savoir comment ils en sont arrivés à effectuer autant de modifications, qui pourtant selon moi, ajoute une dimension totalement absente de l’oeuvre originale : de l’intérêt.
Quelques éléments de réponses se trouvent dans l’interview ci-dessous.

Parce que oui, j’avoue, même si la plume de Philip K. Dick est agréable, je me suis un peu ennuyé pendant cette lecture.

Franck Spotnitz interviewé par Télérama

Allez, à bientôt pour des nouvelles de mes nouvelles ^_^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.