Astuces

Les 20 types d’intrigues universelles selon Ronald B. Tobias

Et toi qui croyais avoir inventé quelque chose 😀

Madame Kea Ring - Blog d'écriture

Comme je vous l’avais annoncé la semaine dernière, je débute un dossier sur l’intrigue dans le roman. Mercredi dernier le premier article de cette série abordait la construction d’une intrigue de roman. Si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à le faire ici.

Aujourd’hui, il s’agira davantage de vous aiguiller en vous présentant des structures narratives types, recensées par le romancier Ronald B. Tobias. Ce dernier a identifié 20 types d’intrigues universelles qu’on retrouve dans la majorité des récits dans son guide 20 Master plots and how to write them.

Ces types d’intrigue sont intéressants car elles vous permettent concrètement d’obtenir un premier squelette pour construire la vôtre. Par la suite, il s’agira d’aller bien au-delà de cette structure rigide pour proposer une œuvre singulière.

1.La quête

L’une des intrigues les plus utilisées depuis la nuit des temps.

Intrigue : Le protagoniste est à la recherche…

Voir l’article original 4 647 mots de plus

Astuces

Être un bon bêta-lecteur

Guidez les bêta lecteurs est important pour avoir des échanges de qualité entre lecteurs et auteur. Voici peut-être l’article que vous devriez leur donner à lire avant qu’ils ouvrent votre roman pour la première fois.

Stéphane ARNIER

« Je me demande si je suis un bon bêta-lecteur.
— Un bon lecteur, je ne sais pas. Mais… »


Dans l’article Réussir sa phase de bêta-lecture, je donnais des conseils aux auteurs pour organiser la bêta-lecture de leurs livres et en tirer le meilleur parti. Mais sur mon dernier roman, via les messages de mes relecteurs, j’ai réalisé à quel point les personnes doutent de ce qu’elles sont censées dire et de comment elles doivent le faire. Comme je passe moi-même beaucoup de temps en bêta-lecture pour d’autres comparses auteurs, j’ai appris deux ou trois trucs sur le sujet. Voici ce que j’en ai retiré.

Les bêta-lecteurs ont souvent peur :
1) de mal faire (à savoir faire remonter des problèmes qui n’en sont pas et ainsi faire perdre leur temps à l’auteur) ;
2) de blesser l’auteur via leurs critiques.

Voici de quoi esquiver ces deux écueils tout en…

Voir l’article original 1 451 mots de plus